Ouistiti Pygmée

Informations

– Nom scientifique : Callithrix pygmaea

– Classe : Mammifère

– Ordre : Primates

– Famille : Cébidé

– Habitat : Tous les types de forêt près d’une zone inondée ou d’un point d’eau

– Localisation géographique : Haute Amazone

– Taille : 12 à 15 cm en moyenne + 17 à 23 cm de queue

– Poids : 120-130 g en moyenne (de 85 à 160g)

– Espérance de vie : jusqu’à 18 ans en captivité

– Reproduction : 4-5 mois de gestation. 1 à 2 petits par portée (2 fois par an)

– Régime alimentaire : Gommivore – insectivore – frugivore

Description

Le ouistiti pygmée est le second  plus petit primate du monde. Il rencontre davantage de prédateurs potentiels que les autres singes à cause de sa petite taille. Ce phénomène est dû à un processus de nanisation mais il a acquis un certain nombre d’adaptations qui lui permettent de se défendre. Son pelage présente une coloration cryptique, un mélange brunâtre ou olivâtre mêlé de fauve, de gris et de noir et sa longue queue est annelée de noir. Ces couleurs lui permettent de se camoufler et donc de se protéger. Sa tête ronde est ornée d’une sorte de crinière, il peut la pivoter sur 180°. Ses pattes sont courtes et munies de longs doigts fins.

Il est également appelé ouistiti mignon ou ouistiti nain. On le rencontre souvent en compagnie des tamarins. Pratiquement indétectable à l’arrêt, il avance parfois avec une très grande lenteur comme un paresseux ou un caméléon. Avec son poids plume, il peut s’agripper à une tige sans la faire plier. Sa stratégie principale est celle de la sauterelle en faisant des bonds de 4m. Il se déplace en sautant verticalement le long des troncs ou grimpe, comme un écureuil, en spirale autour des arbres et se cache derrière les troncs. Il se déplace si vite qu’il est très difficile pour l’œil humain de le suivre.

Conservation

Le ouistiti pygmée n’est pas placé sous le statut de menace car ses effectifs sont encore suffisamment importants. Malgré tout, il ne faut pas négliger les risques liés à la déforestation et aux captures qui le destinent à devenir un animal de compagnie car c’est un animal qui s’apprivoise facilement.

Par sa petite taille, il rencontre de nombreux prédateurs, principalement des félins mais aussi des rapaces. Malgré cela, il reste assez commun car il n’est pas souvent chassé pour nourrir les prédateurs. De plus, il s’adapte à l’agriculture.

Il se fait parfois prendre dans des pièges en bordure des plantations de bananes et de plantains car il ne peut pas y résister. Il est classé en « Préoccupation mineure » par l’UICN.

© Alan Aubry