L’ibis chauve, un oiseau riche de symboles

Qui sont-ils en quelques mots ?

Autrefois, l’ibis chauve aussi appelé geronticus eremita, était présent en Afrique du Nord, au Moyen-Orient et en Europe. Il était considéré
par les humains comme un symbole de fertilité et de vertu. Il était même momifié pour accompagner les dépouilles des membres de la famille royale dans l’Egypte ancienne.

En 2004, il ne restait plus que deux populations d’ibis au Maroc et en Turquie. Quatre-vingt-dix-neuf pour cent de la population sauvage se trouvait au Maroc. Aujourd’hui, l’ibis a été réintroduit en Syrie et en Espagne (Andalousie).

Contrairement aux autres ibis qui nichent dans les arbres ou au niveau du sol dans les zones humides, il vit en colonie sur des parois rocheuses semi-arides et sur des falaises côtières. Les falaises de la côte atlantique marocaine offrent des plateaux pour la nidification de cette espèce menacée. Ils construisent leurs nids avec des branches et de l’herbe dans les anfractuosités des falaises, parfois les uns à côté des autres. Ils commencent à construire les nids, en février, pour pondre de mars à avril. Les femelles pondent généralement deux à quatre œufs qui sont incubés pendant 28 jours. Le mâle et la femelle participent aux soins et à l’alimentation des poussins. Les jeunes effectuent leurs premiers vols à 43-47 jours.

Où habitent-ils ?

Lieux d’habitat des ibis chauves

C’est une espèce assez terrestre qui habite les zones arides ou semi-arides des steppes, des pâturages et des champs de culture, à proximité de zones escarpées comme les falaises rocheuses.

Que mangent-ils ?

Carnivore, il se nourrit d’invertébrés et de petits vertébrés. Principalement des coléoptères, des sauterelles, des grillons, des escargots, des araignées, des vers, des scorpions, des larves, des lézards, des petits mammifères. Cette recherche de nourriture se fait généralement en petits groupes, en fouillant le sol, la végétation, les trous entre les rochers et sous les rochers.

Le saviez-vous ?

L’espérance de vie de l’ibis chauve est de 10 à 15 ans dans la nature. Mais en captivité, le plus vieux mâle a atteint l’âge de 37 ans. La femelle la plus âgée enregistrée a vécu jusqu’à 32 ans. La longévité moyenne d’un mâle ou d’une femelle en captivité est de 20 à 25 ans.

Quel est son statut de conservation ?

L’ibis chauve est menacé, son statut UICN est « en danger » EN. Après avoir été en danger critique d’extinction à la fin du 20ème et au début du 21ème siècle. La population actuelle se maintient, elle est estimée à environ 225 individus en âge de se reproduire.

Statut de menace de l’Ibis chauve

Statut de conservation d’une espèce : Indicateur permettant d’évaluer l’ampleur du risque d’extinction de l’espèce à un instant donné.
Une espèce classée « en danger critique d’extinction » est plus menacée de disparition qu’une espèce de statut « vulnérable ».
UICN : Union Internationale pour la Conservation de la Nature

Quelles menaces pèsent sur la population d’ibis chauves ?

→ Perte d’habitat.
→ Agriculture intensive.
→ Persécution et troubles provoqués par l’Homme.
→ Contamination par les pesticides.

96% de la population mondiale a disparu au cours des 80 dernières années.

Quelles sont les actions de conservation pour le protéger ?

Cette espèce est inscrite à l’annexe I de la CITES (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction) ce qui signifie que son commerce est interdit. Plusieurs régions du monde ont été déclarées sanctuaires pour cette espèce. L’un des sanctuaires disponibles est situé à Birecik, en Turquie, qui se trouve près du fleuve Euphrate, de sorte qu’ils peuvent être à proximité de certaines des caractéristiques d’un habitat d’ibis sauvage. L’ibis est réintroduit dans certaines parties de son aire de répartition historique (par exemple, en Espagne).

1. Diminuer les perturbations anthropiques ;
2. Reproduction en parc animalier dans le cadre d’un plan d’élevage européen = EEP, programme
d’élevage ex situ ;

Logo du Programme Européen d’Élevage

3. Programme de réintroduction dans la nature : Proyecto Eremita (Andalousie)
Réintroduction d’ibis chauve dans une région où il était historiquement présent.

Que fait le Parc de Clères pour les ibis chauves ?

→ Sensibilisation du public :
-Les populations captives des parcs zoologiques sont une source de sensibilisation à la protection des makis catta et d’éducation environnementale majeure.

→ Participation au Programme d’Elevage Européen (EEP) de l’ibis chauve
Ce programme permet de maintenir des populations d’animaux génétiquement viables. La diversité génétique de la population doit donc être la plus proche de celle de la population naturelle.

→ Participation au projet de réintroduction : proyecto eremita
Le Parc de Clères a envoyé plusieurs jeunes ibis chauves en Andalousie pour une réintroduction dans la nature.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à vous rendre sur notre site internet :

Proyecto eremita : ibis chauve

Et pour terminer, voici un petit défi !

Defi ibis chauve