Le pélican frisé, un oiseau pêcheur

Le Pélican frisé – Pelecanus crispus

Le pélican frisé

Qui sont-ils en quelques mots ?

Le pélican frisé fait partie de la famille des Pélicanidés, il est le plus grand des espèces de pélicans. Il est reconnaissable par la « coiffe » caractéristique sur sa tête et sa nuque composée de longues et fines plumes « frisées ». Ses pattes sont courtes et palmées.

Leur bec énorme peut atteindre 40 cm de long. Le nom de pélican, tiré du latin pelecanus, dérive de pelekus qui signifie « double hache », belle image à propos de ce bec remarquable. La mandibule supérieure renforcée par une arête saillante qui se termine par un crochet court capable de retenir une proie glissante comme un poisson à la manière du bec des cormorans, d’assez proches cousins.

Mais il se distingue surtout par l’immense poche de peau qui se rattache aux bords de la mandibule inférieure et forme une véritable épuisette à poissons, proies quasi exclusives de ces oiseaux.

La femelle et le mâle se ressemblent : il n’y a pas de dimorphisme sexuel.

Cette espèce est grégaire, elle vit en colonie. Le pélican frisé comme tous les pélicans, pratique la pêche collective. Les groupes poussent les poissons vers la rive, où ils sont plus faciles à pêcher et à capturer avec leur poche située sous leur bec.

Migrateur partiel, le pélican se déplace sur de courtes distances pour hiverner. Ses quartiers d’hiver se situent en majorité vers le Nil. Il niche souvent en colonies, sur de grandes étendues d’eau. Les nids sont des radeaux posés sur des touffes de roseaux. Le mâle et la femelle couvent à tour de rôle. Quelques jours après l’éclosion, les jeunes se nourrissent directement dans la poche.   

Où habitent-ils ?

Il fréquente surtout les marais, les lacs d’eau douce peu profonds et riches en végétation, les grands cours d’eau et les deltas, ainsi que les estuaires et les lagunes saumâtres.

Source UICN

Il se trouve en Europe du Sud-Est : dans les Balkans (Yougoslavie et Grèce), au sud de l’Ukraine, en Bulgarie et Roumanie et notamment dans le delta du Danube.

Que mangent-ils ?

Il écume les cours d’eau et se nourrit exclusivement de poissons.

Sa consommation quotidienne atteint régulièrement un kilogramme.

Le saviez-vous ?

Au printemps, en période de reproduction, la poche de peau sous le bec du pélican frisé mâle se colore de rouge orangé intense de même que la peau autour des yeux.

Le pélican frisé possède un bec aux dimensions impressionnantes : il peut contenir jusqu’à 13 litres d’eau !

De par son envergure (290 à 345 cm) et son poids (8 à 15 kg), il fait partie des plus grands et lourds oiseaux du monde capables de voler avec le condor des Andes, les grands cygnes et la grande outarde.

Quel est son statut de conservation ?

La population de cette espèce a grandement décliné au cours du XXème siècle du fait de la disparition de son habitat et de la chasse. Dans les années 1980, il restait moins de 1 000 couples dispersés en Eurasie, contre plusieurs millions d’individus estimés au XIXème siècle et l’espèce a échappé de peu à l’extinction.

Les effectifs ont fortement augmenté ces dernières années grâce aux mesures de protection dont ont bénéficié les dernières populations et leur habitat. L’Europe du sud-est constitue aujourd’hui son principal bastion.

Dernièrement, son statut de conservation est passé de « Vulnérable » à « Quasi menacé ».

Actuellement, la population est évaluée à  11 400 à 13 400 couples à l’état sauvage dans le monde (source UICN).

Il est aussi de nos jours la plus rare et la plus vulnérable des huit espèces de pélicans.

Statut de menace du pélican frisé

Statut de conservation d’une espèce : Indicateur permettant d’évaluer l’ampleur du risque d’extinction de l’espèce à un instant donné.

Une espèce classée « en danger critique d’extinction » est plus menacée de disparition qu’une espèce de statut « vulnérable ».

UICN : Union Internationale pour la Conservation de la Nature

Quelles menaces pèsent sur la population des pélicans frisés ?

Les principales menaces qui pèsent sur la population des pélicans frisés sont :

  • L’altération et la destruction des zones humides ;
  • La chasse : en Mongolie, les pélicans sont tués pour leurs becs, utilisés comme gratte-cheval et symbole de richesse ;
  • La pollution de l’eau ;
  • Les collisions avec les lignes à haute tension ;
  • Le dérangement des pélicans par les touristes et les pêcheurs.
  • Les perturbations humaines sont l’une des plus importantes menaces de l’espèce.

Quelles sont les actions de conservation pour le protéger ?

  1. Programme de conservation dans les parcs zoologiques, ex situ:

Reproduction dans le cadre d’un plan d’élevage européen pour maintenir une population captive en parc animalier = EEP

  1. Programme de conservation sur le terrain, in situ,
  • Marquage et démantèlement des lignes à haute tension ;
  • Programmes éducatifs sur les sites clés ;
  • Programme de conservation sur des sites de reproduction en Grèce, Roumanie, Bulgarie grâce aux Directives oiseaux et habitats de l’union européenne avec l’installation de plateforme de nidification artificielles.

Que fait le Parc de Clères pour les pélicans frisés ?

Programme de reproduction :

Le Parc de Clères participe au programme d’élevage européen (EEP) afin de sauvegarder l’espèce.

Logo du Programme Européen d’Élevage

Vous pouvez observer un groupe de 4 mâles et 5 femelles.

Ils sont arrivés au Parc de Clères en 2009 et viennent du  Parc des oiseaux de Villars-les-Dombes.

Sensibilisation du public :

Les populations captives des parcs zoologiques sont une source de sensibilisation à la protection des pélicans frisés et d’éducation environnementale majeure.

Et vous que pourriez-vous faire pour aider les pélicans frisés ?

Vous pouvez venir les observer au Parc de Clères !

Pour terminer, voici un petit défi !

Défi Pélican frisé