Ibis chauve

(Photo – Pierre Demeure et Anne-Gwenaël Perio)

Informations

– Nom scientifique : Geronticus eremita

– Classe : Oiseaux

– Ordre : Pelecaniformes

– Famille : Threskiornithidés

– Habitat : Zones vallonnées arides ou semi-arides, avec falaises et points d’eaux

– Localisation géographique : Maroc, Syrie, Turquie. Introduit en Espagne

– Taille : 70 à 80 cm. Envergure : 125 à 135 cm

– Poids : 1 à 1,5 kg

– Espérance de vie : 20 à 25 ans dans la nature. Jusqu’à 37 ans en captivité

– Reproduction : 24 à 28 jours d’incubation. 2 à 4 oeufs

– Régime alimentaire : Omnivore (insectes, reptiles, amphibiens, poissons)

Description

L’ibis chauve est grand ibis sombre, au corps allongé et robuste, au cou assez long et aux courtes pattes de couleur rouge. L’adulte se remarque à sa tête nue et rougeâtre, son long bec rouge, incurvé vers le bas, ses plumes hérissées sur la nuque et ses taches pourpres sur les épaules et sur les ailes. Son plumage présente également des reflets verts et pourpres. La queue est longue et plutôt abaissée au bout. Les jeunes sont plus foncés, mais les parties nues sont plus ternes et le plumage n’a pas beaucoup de reflets. Ils n’acquièrent les longues plumes sur la tête et le cou que vers deux ans.

L’ibis chauve est grégaire, ce qui signifie qu’il vit et évolue en groupe. Il se nourrit toute la journée en picorant le sol avec son long bec courbe, ou en sondant dans les crevasses et les fissures. Il dort et niche au sein de colonies, allant de 10 à 40 individus, installées sur des falaises proches de cours d’eau ou en bord de mer. La femelle pond entre mars et avril et les deux parents élèvent les petits. A la naissance, ces derniers sont revêtus d’un duvet gris-brun. Ils se dotent de plumes à partir de 40 jours, puis quittent le nid. L’ibis chauve était autrefois un oiseau migrateur.

Conservation

A l’origine, l’ibis chauve se trouvait en Europe Centrale, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. Il est aujourd’hui principalement confiné au Maroc, dans le Parc national de Souss Massa. L’UICN l’a donc classé en « Danger critique d’extinction », du fait de sa faible aire de distribution et ses effectifs très réduits.

L’agriculture intensive, l’urbanisation, la chasse et la pollution ont grandement décimé cette espèce, dont la seule chance passe désormais par une bonne reproduction en captivité.

Heureusement, les populations captives sont florissantes et les premiers projets de réintroduction semblent être positifs. L’ibis chauve fait ainsi un retour spectaculaire au Maroc (15 couples en plus depuis 2002). De nombreuses associations se sont mobilisées pour sa sauvegarde, dont le RSPB (Royal Society for the Protection of Birds) qui a lancé un programme de conservation, afin d’aider le Parc national de Souss Massa. De son côté, le Parc de Clères s’est joint au programme d’élevage européen (EEP) mis en place pour l’ibis chauve.