Huppe Fasciée

Informations

– Nom scientifique : Upupa epops

– Classe : Oiseau

– Ordre : Bucerotiformes

– Famille : Upupidés

– Habitat : jardins, vergers, vignes, zones ouvertes de terre nue ou d’herbe rase

– Localisation géographique : Europe, Afrique du Nord et Subsaharienne, Madagascar, et Asie (selon les saisons)

– Taille : 26-32 cm de longueur. 42-46 cm d’envergure

– Poids : 47-89 g

– Espérance de vie : jusqu’à 10 ans

– Reproduction : 5 à 9 œufs. 16 à 18 jours d’incubation

– Régime alimentaire : insectivore, plantes

Description

La Huppe fasciée tient son nom de son cri « hup-hup-hup ». Cet oiseau possède un long bec, mince et arrondit, mesurant entre 5 et 6 cm et un plumage orangé barré de noir et de blanc sur les ailes et la queue. Il possède également une magnifique crête qu’il déploie souvent, composée de 28 plumes.

Cette espèce, bien que peu farouche, reste à bonne distance de l’observateur humain. C’est un oiseau qu’on entend plus qu’on le voit. C’est un oiseau qui a besoin de quelques arbres et de falaises afin de dormir et de nidifier dans des cavités. La majeure partie de la population du nord migre l’hiver vers les régions tropicales.

La Huppe Fasciée se nourrit aussi bien de matières animales que végétales .Son bec lui permet de trouver et d’extraire les larves et les cocons dans le sol. Il se nourrit en marchant et s’arrête seulement pour enfoncer son bac dans le sol et capturer sa proie.

Cette espèce fait une, parfois deux couvées par an, en mai-juin. Son chant lui permet de délimiter son territoire durant les périodes de reproduction.

Conservation

Bien que classée « Préoccupation mineure » par l’UICN, la Huppe Fasciée rencontre pas mal de menaces. En effet, son milieu de vie est constamment modifié depuis les années 1950 par les méthodes de l’agriculture productiviste. De plus, l’épandage massif de pesticides dans les cultures diminue en nombre très important la nourriture de cette espèce.

Elle est en régression en Europe occidentale et méridionale. Elle a d’ailleurs disparu de la limite nord de son aire de répartition, a régressé dans plusieurs pays tel que la France, la Turquie et la Russie.

Cette espèce bénéficie d’une protection totale en France depuis 1981 car il reste un oiseau protégé depuis l’arrêté du 29 octobre 2009. Il est interdit de lui nuire d’une quelconque façon, intentionnellement ou non. Elle est également protégée par la loi dans la plupart des pays européens. En Afrique du Nord, on la capture pour certaines parties de son corps utilisées pour des pratiques médicales.